Hors les murs

© 2013 ART O’CLOCK - TOUS DROITS RÉSERVÉS

L’Atlas en performance sur les Terrasses de l’Arche

                   en partenariat avec

L’Atlas - Tromper les regards pour les modifier, utiliser la ville et changer la vision que l’on

a d’elle grâce à “un esperanto graphique” et urbain, à la fois personnel et universel. L’Atlas travaille l’éphémère et signe la ville avec méthode. Artiste urbain et calligraphe, L’Atlas produit une écriture nouvelle.


S’inspirant des codes calligraphiques orientaux, il reste dans une tradition du geste par des créations en noir et blanc qui s’invitent sur les panneaux publicitaires. Évoluant vers une écriture plus graphique, voire labyrinthique, le mot ou l’idéogramme serpentent sur le support sans jamais sortir du cadre.

La Tour,

Installation par

Matthieu Exposito

en partenariat avec

Matthieu Exposito - Alors, il y a du rose, bien sûr. Couleur du derme, présence de la chair, de la pulpe. Roses les  boulettes, roses les lignes des dessins et les fils soyeux, les traits disposés sur la feuille et les tâches qui contaminent. Rose, la vie, chez Matthieu Exposito. Rrose Sélavy, chez Marcel Duchamp. Chez l’un et l’autre, la rigueur est de mise. La patience est une forme de l’élégance. Déconstruire le monde permet de mieux l’habiter, à l’évidence. A ce jeu éminemment sérieux, un urinoir vaut un clou. Et des clous, Exposito en met aujourd’hui partout. Le clou, c’est la relique du technicien, l’indice de la besogne, l’écharde qui fait mal et l’ami qui punaise. C’est la chose qui reste quand tout s’en est allé.